CASCADE

Par VIOLETTE LETOURNEAU

tu m’amplifies
je m’éparpille
le ventre me fourmille me papillonne me cascade
jusqu’aux yeux

je voudrais enfermer chaque
seconde
chaque
soupir
dans un bocal

conserver
les petites tempêtes
précieuses
les remous inchangés
les rapides intacts

tu es mappemonde
cartographie immense et précise
d’un ailleurs magnifique

tu m’envoles avec rien
confettis soufflés au vent
j’écoute the cure
ou toutes les versions de such great heights
suspendue
le vertige
sans la chute
je suis béton armé
tronc d’arbre

grandiose
fleurie
étincelante au plexus
je t’attends comme on attend le décollage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s