SOUS-SOL D’ÉGLISE ET DIY

PAR HÉLÈNE BUGHIN

La mi-novembre aura beau nous envoyer ses vents au visage, nous arrivons à la station Laurier l’impatience dans les talons. Cette fin de semaine du 11 au 13 novembre, c’est Expozine, un événement annuel regroupant nombre d’artisans, d’éditeurs indépendants, de graphistes (et plus encore) au style vivant, créatif et souvent handmade. Véritable porte d’entrée au milieu alternatif, l’événement permet de rencontrer des créateurs d’ici et d’ailleurs au Canada, en français ou en anglais.

Dès que l’on descend l’escalier de l’Église Saint-Denis apparaît une faune aussi casual qu’éclectique. Les tables y sont diversifiées, proposant tantôt des zines, pamphlets et autres productions littéraires éclatées, tantôt des macarons féministes et engagés – sans oublier les nombreuses productions visuelles, sérigraphies et prints. Une cohabitation explosive suscitant sans mal la curiosité de tout visiteur.

Règne une esthétique de sous-sol d’église, celle des marchés aux puces, des ventes de garage et autre foire d’artisans, mais c’était plutôt recueils sur la masturbation féminine, collages hallucinants et patchs de chats que l’on observait aux kiosques décorés. Une avalanche créative nous attendait entre deux manteaux, derrière la foulée de visiteurs discutant avec les artistes. Il aurait fallu une journée entière pour en admirer l’entièreté.

Devant ce bouillonnement de couleurs et d’expressions, voici ce qui a retenu notre attention !

GUÉDAILLES, Collectif 

img_20161114_092022

Zine féministe des Panthères rouges tournant autour de la sexualité et de la masturbation, c’est son design épuré, sa couleur mat, son titre, ainsi que l’esthétique des textes qui a le plus frappé en parcourant les allées. Ancré dans l’ère numérique, le contenu fait écho à l’époque dans laquelle il est produit ; l’esthétique suit la marche, et le résultat, en plus d’être pertinent, suscite une excellente réaction. On approuve !

PICTURES OF PEOPLE, Ivan Klipstein 

img_20161114_092308

Quelque chose de distinct dans les dessins que propose Klipstein. Un réalisme proche de la caricature sans y tomber ; une douceur, une réalité dans le trait. L’artiste y peint un quotidien déconstruit entre les villes et les personnes rencontrées. Une simplicité dans la représentation qui amène une toute nouvelle dimension aux personnages, les centrant au milieu de leur personnalité. On adore !

À SENS UNIQUE PT.1., À TON INSU PT.1., GEE ZEE,
Christina Catastrophe 

img_20161114_091650

Grande fan de l’authenticité, je trépignais devant ces zines que l’auteur qualifie « d’auto-biographique », devant ce mélange entre photos et textes en prose. Le travail derrière le dévoilement de l’intimité fascine, l’esthétique plaît, la mise en scène du soi est, ici, une performance sincère et honnête. On souligne !

CARNETS DE MONTRÉAL, Catherine Pont-Humbert 

img_20161114_093222

Depuis un moment, je voulais mettre la main sur un des livres de cette maison d’édition (enfin!). Alors que le territoire et sa représentation sont source d’inspiration pour les récents récits, « Carnets de Montréal » nous offre une guirlande de points de vue sur les quartiers de la ville. On salue le projet !

NOYADE, Aura Fallu

img_20161114_090326

La couverture m’a tout de suite accrochée et dès les premières pages tournées, c’était l’enivrement. Une poésie coup de poing, grinçante, se débattant à chaque vers. Un excellent recueil de l’Oie de cravan. Fraîchement sorti de l’imprimeur, et déjà dans nos cœurs. On recommande !

DUST TO OAXACAJustin Apperley 

img_20161114_093040

Festival de couleurs vives et pastels, du bleu marin au rose lilas, des collages décolorés, des coupures et des montages ; 20,500 KM en moto de l’Alaska jusqu’en Californie, racontés ainsi. Les scènes dépeintes ou reconstruites bouleversent l’imaginaire et nous amènent ailleurs, des paysages féeriques à l’imagination débordante de l’artiste. On est in love.

ODE AUX DOUBLES MENTONS, Collectif Correct 

img_20161114_092144

Tel un rêve devenu réalité sous forme de zine, « Ode aux doubles mentons » est un grand sourire enveloppé dans du papier blanc, un investissement dans l’agréable surprise, une publication ludique dont on avait terriblement besoin, simple et brochée. Un excellent morceau pour découvrir le Collectif Correct. On applaudit !

CŒUR DE BÊTE HÔPITAL, Christine Germain

img_20161114_093528

Confession : débordante est mon admiration pour les éditions Rodrigol depuis ma lecture de Lulu Machine par Sébastien Blais. Il s’en fallut de peu pour que je parte avec le présentoir au grand complet. Lorsqu’on m’a exposé le noyau de l’histoire derrière Coeur de bête hôpital, j’étais conquise. Une poésie franche et déroutante, des thématiques vivantes. On admire !

BALLZ MONTRÉAL, Collectif

img_20161114_085849

Défoulement : c’est la caractéristique première qui me vient en tête lorsque je feuillette Ballz Montréal. Un zine comme échappatoire, comme exorcisation des ressentiments par rapport à l’année 2016, à la politique, aux échanges sociaux et à l’art. Des textes et photo-montages dont on avait bien besoin. Cerise sur le gâteau !

Publicités

2 commentaires sur « SOUS-SOL D’ÉGLISE ET DIY »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s